Le pied rattaché

Suivez-nous sur

Un jeune homme de Padoue, nommé Leonardo, avait avoué en confession d’avoir donné un violent coup de pied à sa propre mère. Antoine l’avait admonesté sévèrement en lui disant :

« Le pied qui frappe la mère ou le père mérite d'être coupé à l'instant ».

Pris de remord, le jeune homme, aussitôt retourné chez lui, se trancha le pied qui avait frappé sa mère. La nouvelle se diffusa dans toute la ville et parvint aux oreilles d’Antoine. Le saint se rendit alors chez le jeune homme et, après s’être recueilli en prière, rattacha le pied et fit sur le jeune homme un grand signe de croix.

Le jeune homme se leva aussitôt tout  joyeux, et en marchant et en sautillant, il louait Dieu et rendait grâces à saint Antoine.